Chapitres de la chute

Rôle joué: Philip Lehman et autres

Chapitres de la chute

  • Texte: Stefano Massini
  • Traduction: Pietro Pizzuti
  • Mise en scène: Marc Beaupré et Catherine Vidal
  • Distribution: Louise Cardinal, Vincent Côté, Catherine Larochelle, Didier Lucien, Igor Ovadis et Olivia Palacci
  • Décors: Pierre-Étienne Locas
  • Costumes: Elen Ewing
  • Lumière: Alex Pilon-Guay
  • Son et musique: Francis Rossignol
  • Accessoires: Marie-Eve Fortier
  • Maquillage: Justine Denoncourt-Bélanger
  • Assistance à la mise en scène et machiniste: Julien Véronneau
  • Régie: Pierre-Olivier Hamel
  • Photos: Yanick Macdonald

Une production du Théâtre de Quat’Sous, Terre des Hommes et Coeur battant.

Présenté au Théâtre de Quat’Sous en octobre et novembre 2018.

 

CRITIQUES

« La pureté du théâtre, son essence, c’est de pouvoir TOUT évoquer sur scène avec trois fois rien. Quelques idées de génie et une troupe d’acteurs chevronnés suffisent à nous transporter au royaume de la fable.  Pour le constater, courez voir la production de Chapitres de la chute, à l’affiche du Quat’Sous, un très beau spectacle signé Marc Beaupré et Catherine Vidal. Et surtout, un fort bel exemple du pouvoir infini de l’imaginaire au théâtre.   Pour y arriver, la production peut compter sur six dynamiques interprètes (Louise Cardinal, Vincent Côté, Catherine Larochelle, Didier Lucien, Igor Ovadis et Olivia Palacci – tous excellents!).  Chacun change plusieurs fois de personnage et incarne autant les rôles masculins que féminins, dans un réjouissant clin d’oeil à la diversité au théâtre.  (…)  Les protagonistes vont à la fois narrer et jouer cette saga du capitalisme américain avec leur corps, leur talent, mais surtout leur âme. Leur jeu est inventif, épique et, par moments, tragique, notamment lors des scènes pour évoquer le deuil, la religion et les rituels de la culture juive. »  (Luc Boulanger, La Presse)

« (un) pragmatisme qui frôle l’autisme de Philip Lehman (Vincent Côté, décidément fort versatile) »  (Pierre-Alexandre Buisson, Bible urbaine)

« L’essence du théâtre (…) les qualités de cette proposition artistique de Catherine Vidal et Marc Beaupré forcent l’admiration et on se laisse emporter, captiver, séduire, au point d’en oublier toute notion du temps.  (…)  Un spectacle réglé au quart de tour, qui sollicite l’imaginaire du spectateur, mais qui jamais ne le perd dans les dédales d’un récit pourtant riche en rebondissements. Du théâtre à l’état pur : un texte, des corps, des visages et des voix pour le porter, un monde qui s’ouvre à nous.  C’est trop beau pour le rater : courez au Théâtre de Quat’Sous, sinon vous allez le regretter. »  (Michelle Chanonat, JEU)

 » (…) le récit, tout à tour haletant et attendrissant, est livré en toute simplicité, dans une grande complicité avec le spectateur, par une distribution — Louise Cardinal, Vincent Côté, Catherine Larochelle, Didier Lucien, Igor Ovadis et Olivia Palacci — qui s’acquitte avec beaucoup d’aisance d’une multitude de rôles. » (Christian Saint-Pierre, Le Devoir)

 »  (…) une brochette d’acteurs éclectique qui tirent chacun admirablement bien leur épingle du jeu, incarnant plus d’un personnage.  (…)  Mention spéciale à Vincent Côté qui incarne un Philip Lehman austère, cérébral et hautain. Un homme calculateur qui nous rabroue les bénéfices de la méthode. « La chance, non. La méthode, oui », choisissant mécaniquement et sans émotion, sa future épouse, comme on passe des candidates en audition. Ce personnage est tout simplement loufoque malgré ses airs renfrognés. Chacune de ses apparitions est un réel plaisir.  »  (Edith Malo, Les Méconnus)

 » La pièce interprétée par six acteurs magnifiques, bénéficie d’une mise en scène des plus originales et qui ajoute à l’humour du texte. (…) Une foule de petits détails dans le jeu des acteurs formidables fait que les 4h 30 de spectacle défilent à toute allure. »  (Sophie Jama, Infoculture.biz et Huffington Post)

 » Après quatre heures passées au théâtre de Quat’sous, on ressort avec l’impression d’avoir effectué une véritable traversée, sans jamais s’ennuyer, grâce à un texte intelligent, qui arrive à point nommé, dix ans après la chute, mais surtout grâce à des acteurs fantastiques, capables de jouer, tour à tour, tous les personnages de l’histoire. » (Flore Thery, Sors-tu?.ca)

 » L’une des séquences se démarque justement par son aspect ironique et plus irrévérencieux, alors que s’enclenche un concours pour trouver une épouse à l’un des Lehmann (Vincent Côté). Chacune des candidates est évaluée selon son physique et sa « personnalité ». Toutes et tous ses partenaires de scène s’exécutent, dont Igor Ovadis et Didier Lucien qui parodient deux midinettes, cette « inversion sexuelle » entraînant un effet-miroir sur le machisme tangible de ce type de rituel. » (Olivier Dumas, Montheatre.qc.ca)

 » (…) solide distribution.  (…) Tour à tour, ces comédiens interprètent tous les rôles de la pièce. Leur grand talent rend les personnages crédibles.  Peu importe qui se glisse dans la peau du personnage. » (Nancie Boulay, ARP.MEDIA)

 » (…) impressionnante palette émotionnelle. (…) dans Chapitres de la chute, le talent est indéniablement au rendez-vous. » (Marie-Pascale Danis, MAZROU)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *